CASTRATION MINI-INVASIVE

Castration endoscopique – la castration en douceur

Nombre d’entre vous se posent des questions sur la meilleure technique opératoire pour la castration de votre chienne. Dans la technique de castration conventionnelle, le chirurgien ouvre la paroi abdominale de votre chienne sur une longueur d’environ dix centimètres pour accéder à son appareil génital. La « chirurgie mini-invasive » associée à la laparoscopie constitue une méthode beaucoup plus douce.

Que signifie laparoscopie ?

Laparoscopie (du grec) signifie « regarder dans la cavité abdominale ». La laparoscopie est un volet de l’endoscopie (exploration visuelle de l’intérieur). Cette technique est appliquée chez l’homme depuis des années dans de nombreuses maladies. Pour l’opération de la vésicule biliaire par exemple, cette méthode est déjà utilisée de manière standard.

Comment fonctionne la méthode en douceur ?

La castration laparoscopique ne demande que trois petites incisions (d’environ 5 mm chacune), l’une juste au-dessous du nombril et les deux autres sur la ligne médiane de l’abdomen. Les instruments optiques sont introduits dans la cavité abdominale par l’une de ces ouvertures. Le chirurgien a ainsi une bonne vue de la situation.

Les « trocarts » sont introduits par les deux autres ouvertures. Ce sont des tiges cylindriques par lesquelles le chirurgien introduit les outils nécessaires dans la cavité abdominale. La castration peut alors être effectuée depuis l’extérieur.

Les avantages de la méthode en douceur :

  • Pas de douleurs après l’opération dues à de minuscules plaies
  • Pas de déhiscence de la suture, c’est-à-dire pas de réouverture de la plaie opératoire du fait du léchage de la plaie ou d’une surcharge
  • Il n’est pas nécessaire de tenir l’animal en laisse
  • Liberté de mouvement juste après l’opération (agilité, cours, chasse, …)
  • Meilleur résultat esthétique

Vos Correspondants

Dr. med. vet.
Alexander Pack

Dr. med. vet.
Karl Scherer

Dr. med. vet.
Alexandru Riscou

© Tierklinik Elversberg 2021 | motifs des photos: Tierklinik Elversberg, shutterstock