ONCOLOGIE

Les maladies tumorales sont forcément la principale cause de décès chez les chiens et les chats. Près de la moitié des chiens de plus de 10 ans meurt d’un cancer. De ce fait, l’oncologie revêt une importance croissante dans la médecine vétérinaire.

Contrairement à l’hypothèse fréquente selon laquelle le cancer est équivalent à une condamnation à la mort, une maladie incurable associée à de grandes souffrances, les maladies tumorales se soignent fréquemment bien. Le cancer est aussi la seule maladie chronique potentiellement curable.

L’objectif optimal du traitement du cancer est la guérison du patient. Ce but ne pouvant pas être atteint fréquemment, le rétablissement ou le maintien d’une bonne qualité de la vie ainsi que la prolongation de la vie, autant que possible, est notre priorité absolue.

Avant de pouvoir soigner un cancer, il est indispensable de déterminer de quelle tumeur il s’agit, si le cancer s’est déjà répandu dans l’organisme et de quelle manière et quels sont les traitements judicieux dont on dispose. Ce n’est qu’après avoir clarifié ces points que le vétérinaire pourra, sur la base du pronostic du patient et des coûts qui en résultent, permettre au propriétaire de l’animal de prendre la meilleure décision possible pour lui et pour son animal.

Pour pouvoir choisir le traitement correct, il est indispensable d’identifier la tumeur. La localisation et la dissémination de la tumeur dans l’organisme et leurs impacts sur l’organisme devraient être clarifiés grâce à des diagnostics plus poussés. Outre des examens sanguins et la technique de l’imagerie comme la radiographie et l’échographie, d’autres examens peuvent s’avérer nécessaires dans certains cas, par exemple l’endoscopie, la ponction lombaire, les biopsies des ganglions ou des organes.

Dès qu’un diagnostic fiable peut être établi, on décide du traitement avec le propriétaire de l’animal et compte tenu du pronostic.

Aujourd’hui encore, La forme la plus ancienne et la plus importante du traitement du cancer est la chirurgie. Elle permet souvent de guérir le patient, si toutefois l’intervention a lieu à temps.

S’il s’agit d’une maladie tumorale systémique ou, si la tumeur ne peut être retirée ou ne peut pas l’être suffisamment de manière chirurgicale, la chimiothérapie peut être un traitement prometteur.

La chimiothérapie ne pouvant que rarement guérir le patient dans la médecine vétérinaire, l’objectif premier est – contrairement à la médecine humaine – de prolonger la vie et de maintenir une bonne qualité de la vie.

Bien qu’une grande partie de nos patients ne présente pas d’effets secondaires pendant la chimiothérapie réalisée en ambulatoire, voire que leur état général auparavant perturbé s’améliore souvent dans le courant du traitement de la tumeur, des effets indésirables peuvent également apparaître en médecine vétérinaire. Mais les effets secondaires disparaissent pour la plupart très rapidement sans aucun autre traitement ou peuvent être prévenus par d’autres médicaments (par ex. contre les nausées) ou par des intervalles plus longs entre deux chimiothérapies. Il est très rare que les patients doivent être hospitalisés ou que le traitement doive être arrêté.

Vos Correspondants

Dr. med. vet.
Kerstin Lahnstein

Veterinarian
Monika Rieger

Dr. med. vet.
Lisa Hausmann

© Tierklinik Elversberg 2021 | motifs des photos: Tierklinik Elversberg, shutterstock